Découvrir Ecuelles     La mairie     Enfance     Vie locale     Bibliothèque     Urbanisme  
 

Histoire
Ecuelles en chiffres
Monuments
Venir à Ecuelles
Plan de la ville

Téléchargez
l'Ecuellois
Novembre 2017

anciennes parutions

Ecuelles - Circuit promenade, la maladerie

 
  Onglet Plan d'Ecuelles Onglet La Maladerie Onglet Croix au Duc Onglet Le canal Onglet Aqueduc de la Vanne Onglet La céramique Onglet Le port Onglet Suite : Piketty
 

ORIGINE

Cette Maladrerie –un hospice réservé aux lépreux– fut fondée au XIIème siècle, probablement vers 1154, par le roi Louis VII, qui la confia aux chevaliers de l'ordre de Saint-Lazare. Le lieu a conservé le nom.

Ecuelles -  la Maladerie - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

"LES CHEVALIERS DE SAINT-LAZARE"

Les chevaliers de Saint-Lazare étaient un ordre fondé en Palestine pour soigner les malades et surtout les lépreux qui étaient encore communs en Orient. Après la conquête des Lieux-Saints par les Croisés, ces religieux prirent les armes pour la défense des pèlerins et ils ajoutèrent à leur costume la croix et l'épée. Alors, ils se partagèrent leur communauté en trois états différents : les chevaliers qui allèrent à la guerre, les frères servants auxquels était confié le soin des malades et enfin les ecclésiastiques chargés des services religieux. Ces religieux hospitaliers bâtirent de tous côtés des maladreries et des léproseries. Ces hospices étaient toujours placés à quelques distances des villes et y recevaient les gens atteints de maladies contagieuses. C'est dans ces conditions que s'éleva la maladrerie de Saint-Lazare dite "de Moret". Elle était à l'origine assez étendue et possédait quelques arpents de terre et prés. Elle ne connut pas un grand essor, d'autant plus que la lèpre fut éradiquée en France au XVIème siècle. Une ordonnance royale en date du 15 avril 1695 réunit les revenus ainsi que les charges de la maladrerie à l'Hôtel-Dieu de Moret.

DESCRIPTION DES LIEUX (d'après l'ouvrage de l'Abbé Pougeois – 1874)
"Les bâtiments de la maladrerie furent vendus en 1834 par l'Hospice de Moret et sont devenus une maison bourgeoise.
La chapelle, isolée de l'habitation, existe encore dans son entier. Elle est séparée par un plafond en deux étages. Le haut est un atelier, le bas une cuisine ; l'autel a cédé sa place aux fourneaux ! Cet autel était en pierre d'une seule pièce ; on y voyait aussi plusieurs statues également en pierre, avec un antique tableau peint sur toile, où était représenté le Lazare de l'Evangile recevant des secours de la main d'un ange."
Cette chapelle est toujours existante.
On pourra remarquer sur le fronton de la maison qui la juxtapose la fresque en faïence indiquant la date de sa reconstruction : 1893.

 

CA S'EST PASSE EN 1373…

… Et représente bien les usages de ce temps là.

La chapelle était desservie par un prêtre qui, à tort ou à raison, fut accusé de plusieurs crimes. Le prévôt de Moret le fit arrêter, le jeta en prison et se hâta de condamner le prévenu, qui fut pendu.
L'archevêque de Sens, dont dépendait la paroisse, fut instruit de cet excès de pouvoir (le jugement des clercs était, à cette époque, du ressort des tribunaux ecclésiastiques). Il fit casser la sentence et ce magistrat s'entendit condamner à une réparation : il fut contraint de faire dépendre du gibet le malheureux chapelain et de le conduire à Sens pour le remettre à l'archevêque.
Il se présenta devant la porte de la cathédrale et, à genoux, cierge à la main, remit le corps à l'archevêque en faisant amende honorable.
L'archevêque n'avait rien négligé pour donner à cette cérémonie expiatoire toute la solennité possible. Les cierges furent éteints, les imagessacrées couvertes d'un voile ; la cathédrale avait l'aspect lugubre des grands jours de pénitence. Mais quand l'acte d'amende honorable fut prononcé, le lieu saint, à la clarté des flambeaux rallumés, resplendit d'une pompeuse illumination, les imagessaintes et les calices reparurent aux yeux des fidèles ; les cloches sonnèrent à toutes volées et toute l'étendue de la vaste basilique résonna de cantiques d'allégresse.
Cette affaire eut un grand retentissement ; elle rappela aux fidèles que le caractère sacré du prêtre est digne de tous les respects.

 Ecuelles - Lépreux

Lèpre : maladie infectieuse due à un bacille qui se manifeste par des lésions cutanées (ou lépromes) ou des atteintes du système nerveux.

 

 

Arpent : ancienne mesure agraire correspondant à 50 ares (1 are = 100 m2). 1 arpent était divisé en 100 perches.

 
Imprimer cette page